Le collier de dressage pour chien

Face aux critiques que j’ai pu entendre sur le collier de dressage, j’ai décidé de le tester pour me faire ma propre idée. Au final, le résultat est positif, mais encore faut-il savoir comment l’utiliser !

Mieux comprendre le collier de dressage

Si autant de monde est aussi négatif sur le collier de dressage, c’est sûrement parce qu’il est souvent confondu avec le collier électrique qui fait vraiment mal au chien ou avec le collier anti-aboiement qui se déclenche sans que l’animal ne sache pourquoi.
Un collier de dressage se compose, évidemment, du collier que le chien porte autour du cou, mais aussi d’une télécommande que tient le maître. C’est lui qui déclenche les stimulations. Il choisit le moment, ainsi que l’intensité et le mode. Si la stimulation électrostatique existe effectivement, il ne s’agit pas de la seule méthode. Le maître peut infliger un bip sonore indolore, une vibration ou un spray au visage.
Le système est donc ennuyant pour le chien, mais pas toujours douloureux.

Comment l’utiliser ?

Tout d’abord, il faut savoir que le collier de dressage ne s’utilise pas à tous les instants. Apprenez à réagir seulement quand le chien ne vous écoute pas. Les petites bêtises comme le fait de monter sur le canapé ou de manger un papier par terre ne méritent pas l’envoi d’une stimulation. Par contre, des dangers comme la traversée d’une route sans votre accord ou des grognements contre des chiens agressifs sont des comportements à bannir grâce au collier de dressage.
Concernant l’utilisation, apprenez à doser l’intensité selon l’urgence. Au départ, nous vous recommandons de toujours envoyer des stimulations peu douloureuses pour trouver celle qui permet d’obtenir une réponse positive du chien sans pour autant le heurter.

Comment choisir son collier ?

Pour un tel objet, il est impensable de prendre le premier prix sous peine d’avoir un système qui fonctionne mal et dose mal les punitions. Un bon collier coûte une centaine d’euros, ce qui est un investissement relativement faible par rapport à ce qu’il vous permet de faire.
Pensez à vous attarder sur des critères qui importent comme la distance à laquelle fonctionne le collier, la durée de la batterie ou l’autonomie des piles, le poids de l’appareil, le nombre de stimulations possibles…
Au départ, le chien pourrait ne pas comprendre ce qu’il arrive. Mais, au bout de quelques jours, vous obtiendrez le comportement voulu, même avec les plus têtus.

singe-yes1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *