Comment boire de la liqueur de châtaigne ?

La dégustation de la liqueur de chataigne nécessite une approche élégante, elle peut être servie en tant que digestif ou en apéritif. Adaptée aux différentes saisons, elle peut être pure avec un glaçon ou en cocktail. Pour les friands de glace, cette boisson peut napper de façon simple leurs desserts.

La dégustation par la bouche

La dégustation par la bouche est courante à tous les produits de cuisine, elle fait appel au sens de la langue. Pour ce faire, il faut laisser aux papilles le temps de saisir toute la complexité de l’arôme comme celle d’une pomme par exemple. Il faut absorber la liqueur de châtaigne en petite gorgée, le breuvage doit tenir environ une seconde sur les papilles gustatives. Cette durée doit être respectée, car à force de trop tester le goût notamment le sucre, la langue peut perdre peu à peu ses facultés. À chaque nouveau boucher, il faut s’exercer pour comprendre la qualité de la recette, plus la saveur est forte, plus le cocktail est savoureux.

Dégustation par le regard

La dégustation de la liqueur de chataigne passe en premier lieu par la perception visuelle. En effet, l’allure externe de la boisson châtaigne ou marron vous permet d’avoir un aperçu de la qualité. Servi dans un verre de ballon ou de tulipe, ce type de boisson se déguste à petite concentration, il faut alors verser une quantité équivalant à 1 à 2 cl. La visibilité d’un vin est révélatrice de son aromatisation, plus elle est foncée, plus le goût sera fort. Elle peut se présenter sous plusieurs couleurs variantes de la pomme ou de la vanille à savoir la couleur la plus claire, l’or et l’acajou foncé. Ainsi, un vin blanc se doit d’avoir un aspect appétissant notamment avec la crème à l’ouverture de la bouteille.

Dégustation par le nez

Pour juger de la qualité de la liqueur de chataigne par l’odorat, vous devez faire tourner votre verre. C’est une méthode courante pour faire ressortir l’arôme du vin. Il suffit de se pencher en avant et de mettre son nez au plus près du verre, cette action ne doit pas être faite de manière gênante. Ainsi, il faut éviter de faire de grande inspiration répétitive, au contraire, il suffit de faire une petite respiration à la fois longue et lente et d’éviter de toucher la crème. Fermer les yeux peut aider à aiguiser l’odorat à son maximum et ainsi imager sa fabrication en cuisine. Pendant votre respiration, plusieurs saveurs se mélangent pour donner l’arôme perçu dans la recette, l’exercice consiste à essayer de deviner tous les ingrédients présents dans l’alcool de marron.

Ainsi, il est possible de ressentir le goût de la vanille dans l’élaboration d’un vin blanc.

singe-yes1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *